Qui sommes nous ?

Notre société est faite de 2 mondes, le valide et « l’invalide »,
nous souhaitons qu’ils se rencontrent.

 L’association EREP est ouverte à tous, sans conditions, ni distinctions.

Dans le respect des objectifs de l’association et le respect de l’autre.
Mobilisée pour l’égalité des droits et des chances pour tous.
Convaincus que concourir à « la déconstruction » des clichés et des stéréotypes,
contribue à lutter contre les inégalités.
La CNV, Communication Non Violente sera privilégiée.

  •  Elle vise la reconnaissance ESS, économie sociale et solidaire.
    Respectant les principes suivants :
  •  poursuivre un but autre que le partage des bénéfices ;
  •  disposer d’une gouvernance démocratique ;
  •  consacrer majoritairement ses bénéfices à son activité ;
  • disposer de réserves impartageables.


L’association se veut appartenir au mouvement « d’éducation populaire »

L ‘éducation populaire œuvre pour le maintien ou le développement des droits fondamentaux de l’être humain, qu’ils soient individuels, sociaux ou communautaires et ce, par et avec l’accès à la culture. Afin que chacun puisse s’épanouir individuellement, trouver sa place dans la société et en être acteur.

Association aux côtés de tout public et des personnes « empêchées ».
Qu’elles soient jeunes ou moins jeunes, en bonne santé ou handicapées, invalides, atteintes de maladies chroniques, isolées, exclues, en précarité ou aidant-e-s.
Pour la mixité, la rencontre de l’autre et l’acceptation de nos différences.
F
aire reconnaître et valoriser leurs capacités à être et à faire.


Elle a pour but d’œuvrer pour : la cohésion sociale, combattre l’isolement ou l’exclusion, l’intergénérationnel et la transmission, le respect de l’autre dans la différence, la solidarité, l’échange ou la valorisation des savoirs être et savoir faire, valoriser la singularité de chacun, la mixité sociale et culturelle, l’écocitoyenneté, l’implication dans la politique de la ville, le partage et l’entraide.

En proposant des activités socio/culturelles et sportive avec Soutien et Accompagnement, L’association souhaite lever des freins par la mise en place de différentes actions qui favorisent le lien social, la citoyenneté, le vivre-ensemble, l’ouverture culturelle, l’intergénérationnel et l’acceptation de l’autre dans ses différences ;
L’association pourrait être amenée à déployer des moyens d’actions qui impliqueront des activités économiques en référence au Code de commerce Article L442 

Par :

 

La mise en place d'ateliers de création basés sur la récupération

Pour la sensibilisation sur les déchets, le recyclable et le consommer autrement.
C’est l’ouverture à l’imaginaire.
Création sur divers thèmes afin de participer aux événements citoyens et participer à la « Politique de la Ville »

– création de masques et de costumes pour le carnaval, Halloween….
– création d’objets pour décoration
lors de fêtes locales, traditionnelles, et bien d’autres événements…

Les ateliers création sont utilisés en art-thérapie, ils permettent de dépasser les épreuves, la maladie, le handicap, les traumatismes, la dépression…. Il façonne un nouveau « je »
C’est trouver les leviers de la transformation.
Complémentaires à la rééducation psychique et physique
ou simplement le besoin de s’occuper, se découvrir ou se dépasser.
Sans se soustraire au travail des professionnels de santé.
C’est aussi vaincre l’isolement.
De par l’intergénérationnel, ils favorisent la transmission qui est une valeur du patrimoine.

Mise en place de groupes de paroles

-groupe de paroles, écriture, contes, livres vivants….

« il est impossible de ne pas communiquer »
Libérer la parole c’est se reconnecter à soi, s’identifier envers soi-même et les autres.
Libérer la parole c’est lâcher prise, se libérer de ses fardeaux.
Écrire est une forme de parole en se libérant des barrières et se permettre d’oser dire !
Les contes nous reconnecte à certaines réalités.
La parole et l’écriture permettent de réfléchir, d’élaborer, de se remettre en question

Mise en place d'ateliers de création de jeux anciens, libres de droits.

Création, en partie, à base de matière de récupération.
Utiliser le vieux, le recyclé, la récupération, permet de vivre et consommer autrement.
C’est porté notre regard sur le potentiel qui est à notre disposition.
Ce peut être l’objet d’une boutique source de revenus, génératrice de responsabilité,
voir d’emploi.
Ce peut être aussi l’ouverture d’une
Ludothèque et une clinique du jeu, où peut ainsi se faire des rencontres.

Le jeu appartient au « Patrimoine Immatériel Culturel » UNESCO
Il fait aussi partie du « Patrimoine Humain ».

Jouer c’est s’amuser, se détendre, trouver ou retrouver son âme d’enfant, son imaginaire.
C’est la liberté et le plaisir, respecter les règles ou de les contourner.
C’est toujours l’incertitude et sans obligations de résultats

La création de jeux c’est la création de lieux, d’écriture, de confection…

Les objectifs du jeu sont :
lien, joie, rencontre, parole, convivialité dans la multiplicité des lieux, tâches, but et public.

Les mécanismes du jeu et leur utilité :
Appréhender son environnement, un travail sur les sens et la matière, la connaissance
 :
– du monde végétal, humain, animal…. ;
– de l’espace, des sens et leurs perceptions
C’est un outil sensoriel et moteur pour le développement affectif et intellectuel,
et la gestion des émotions, le stress, la mémoire.

Être un écrivain public

Ponctuellement selon votre besoin. Pour lutter contre l’isolement, aider et soutenir dans les difficultés administratives.
Sans se soustraire aux acteurs sociaux
Ou simplement écrire une lettre.

Rencontres LSF, langue des signes française

La langue des Signes Française fait partie d’une langue internationale, mal connue et pourtant !…
C’est une langue à part entière. Avec ses variations, de pays en pays et de région à région et de pays en pays.
Parmi nous, certains sont malentendants, ils vivent le même quotidien que nous et nous ne pouvons communiquer.
Ils ont pourtant besoin de nous dans, par exemple : les administrations, mais aussi au quotidien, pour demander leur route ou juste pour communiquer entre
êtres humains.
La LSF est accessible à qui le veut bien mais très accessible aux tous petits, vierges de tous préjugés et sans pudeur.
C’est un atout dans l’expression mais aussi un atout culturel, l’option LSF n’est-elle pas proposée dans les universités. ?
En utilisant la LSF nous pouvons voyager sans avoir de barrière linguistique.
Dans n’importe quel pays où nous allions, la langue peut être un obstacle. Un sourd qui signe lui, en quelques minutes peut dialoguer avec un sourd d’un autre pays. Magique !
Alors pourquoi ne pas initier des rencontres au sein de l’association ou dans les écoles, ainsi que des formations pour les animateurs ou autres personnes sensibilisées !?!

 

Formations pour les animateurs, ou toutes personnes accompagnant du public, même les bénévoles.

Formations sur des techniques spécifiques de création en lien avec le recyclage.
L’objectif étant de proposer des techniques peu ou pas connues, l’utilisation et la sensibilisation sur les déchets, les matières à recycler. Utiliser et consommer autrement.
Créer ses propres cadeaux…..

Mise en place d'ateliers Culturels, Physiques et sportifs

En partenariat avec des intervenants, c’est proposer des activités accessibles à tous et ajustées à la problématique de la personne.
Ce peut être des ateliers théâtre, improvisation…. favorisant la capacité à s’exprimer dans notre entièreté.
Chant et musique en partenariat avec l’école de musique.
Opportunité de mettre en place des spectacles. Favorisant : La reconnaissance de chacun dans sa différence et ses actes. La valorisation des personnes, propices à la confiance en soi.
L’ouverture des consciences sur le handicap, menant à un autre regard.

Ce peut être aussi des ateliers, méditations, relaxations, yoga… techniques alternatives complémentaires aux soins de kinésithérapie, accessibles par tous.
Ces techniques apportant un mieux-être physique mais aussi psychique pour l’acceptation de soi dans sa problématique. Sans se soustraire au corps médical.

Créer un atelier HandiMouve, entre théâtre et danse. C’est enfin dire, enfin s’exprimer, enfin oser….
Et e
n partenariat avec la FFHD, Fédération Française Handi Danse, secteur encouragé par le ministère de la culture et du handicap.
Créer une équipe
HandiDanse, pour le plaisir, pour se mettre en scène ou pour les compétitions, de la régionale à l’internationale.
Formations possibles avec la FFHD, pour les dirigeants, acteurs et bénévoles de l’association.

Participation aux événements locaux et création d'événement.

Journée des associations, salon du bien-être, marchés d’artisans….
Afin de faire connaître l’association, ses actions et activités avec les créations effectuées en atelier.
Création d’un festival en relation avec d’autre associations accompagnant le handicap.
Avec spectacle Handidanse, des échanges et des rencontres avec des associations affiliées à handisport.
Des ateliers découverte et sensibilisation du handicap : initiation à la LSF, atelier des sens en corrélation avec la cécité, course de fauteuil roulants etc…..

Partenariats et subventions

Établir la relation avec la commune afin :
d’obtenir son soutien, qu’il soit moral, matériel ou financier.
envisager la mise à disposition d’un local approprié et une parcelle en jardin familial
– être en partenariat pour les événements locaux.

– Favoriser le lien et le partenariat avec les associations locales, environnantes et nationales pour la complémentarité, leur soutien, leur expertise, le lien social, les créations événementielles.
APF, APAJH,
CDOS, Handisport, CEMEA, LSF84…..

– Voir les affiliations et conventions possibles avec les instances représentatives : MDPH,
Ministère de la culture et de la santé, La DRAC, Fédération française handisport et autres…..

– Service public pour l’obtention de la reconnaissance d’organisme d’intérêt public.

– Marquer un partenariat avec les entreprises, locales et environnantes, de matériels, matériaux et outils et autres…afin d’obtenir des dons de leur part, sachant que les entreprises ont obligation de s’inscrire dans la démarche Zéro Déchets.

Adhérents et Bénévoles

– Solliciter l’adhésion par tous les moyens de communications possibles, en toute transparence au sujet des objectifs et actions ainsi que l’état financier de l’association.
– L’association devant atteindre les 200 adhérents minimum pour obtenir la reconnaissance d’utilité publique.
– Solliciter le bénévolat par un accueil digne de ce nom, afin qu’il puisse apporter soutien, aide et implication dans le fonctionnement de l’association pour le public reçu, ainsi que pour le partage du savoir être et du savoir-faire.
Un encadrement et des formations seront proposés aux membres actifs bénévoles

Création d'emploi

L’association, dans la logique ESS, se veut de devenir employeur.
Ceci en collaboration avec les acteurs de l’emploi.
La priorité restant l’emploi de personnes en situation de handicap.

Ressources

Les subventions sont de plus en plus amoindries. Il est impératif de trouver le moyen de s’autofinancer. Une association se doit actuellement d’être gérée comme une entreprise.
Les subventions étant un plus.
Les ressources dépendent donc, des cotisations d’adhésions, des dons des membres bienfaiteurs, du tarif des ateliers et des formations, de la vente des créations, des entrées aux événements.

Activités vertes

Soumise à l’obtention d’une parcelle de terre, soit allouée par un propriétaire agricole ou une parcelle de jardin familial allouée par la commune.
Création d’un jardin potager et/ou floral et/ou fruitier et/ou animal
Le travail, l’entretien, la culture et la récolte serait partagé.
Le rapport à la terre et à la nature est bienfaiteur.
La conscience du vivant, de la graine à l’assiette et de l’assiette à notre intérieur, fait évoluer le rapport à notre organisme et à notre planète.
La vision de la récolte avec le temps passé à l’entretien du minéral, du végétal et/ou de l’animal nous ramène à l’espace et au temps.
Elle nous fait prendre conscience de l’impossibilité du « je veux, donc j’ai »., donc consommer autrement.

Avec le retour à la terre, cela nous apprend, la patience, l’existence, la responsabilité et le respect du vivant, donc du « moi »
Les bienfaits sont dans l’échange des savoirs faire et savoirs être ainsi que le partage des bénéfices qu’ils soient matériels ou l’allié de notre bien être.
L’intergénérationnel étant un réel atout dans cet exercice.

Sorties, ballades, randonnées

 Afin de permettre l’accès à l’extérieur, la nature, le patrimoine, la culture….
Afin de vaincre l’isolement, l’exclusion, les difficultés physiques et autre problématiques pour y avoir accès…
Des sorties seront proposées et adaptées par groupe en fonction des capacités des personnes participantes.
Elles pourront se faire dans une mixité pour favoriser l’accès à tous, un valide accompagnant un invalide.
Le mouvement est l’allié de notre corps et notre esprit.
Nous avons tous besoin de bouger, de sortir à l’extérieur, de respirer l’air frais ….
Allons y !!??

Locaux

Pour la plupart des activités de l’association, un local est nécessaire.
Une demande de mise à disposition sera faite auprès de la commune, la recherche d’un mécène peut être envisagée avant de nous mettre à la recherche d’un local avec loyer.
Ce local sera un lieu de rencontres, de convivialité et d’activités.

Un lieu de cohésion sociale dans le respect et l’acceptation de l’autre

Ces objectifs sont notre vision du devenir de l’association EREP
Association Ensemble, Regard et Évolution des Préjugés

La mise en place des ateliers se fera avec
le temps.

Les ateliers s’organiseront au fur et à mesure avec
Les adhérents, les bénévoles et les intervenants disponibles.
Ou avec les partenariats possibles.

Certains ateliers ne demandant rien, ou seulement un prêt de salle communal.

Certains nécessitant des locaux adaptés et un jardin.

Ainsi que des fonds, des matériaux et matériels indispensables.

Aller au contenu principal